• Nous délaissons Frangokastello pour quelques heures pour aller à Loutro. C'est un petit village sans route et dont le plus gros moyen de transport est la brouette. En dehors d'un chemin d'une dizaine de kilomètres, le seul moyen pour y aller c'est la bateau. Loutro est très photogénique avec ses couleurs des Cyclades. Bien sur c'est une petite usine à touristes. Nous y passons la matinée en louant un parasol. La mer de Libye est toujours aussi chaude et claire. L'après-midi, nous retournons dans la fraicheur de notre hôtel de Frangokastello avant de finir à nouveau sur la plage.

    Départ d'Hora Sfakion

    Loutro

    LoutroLoutro

    LoutroLoutroLoutroLoutroLoutroLoutroLoutroLoutroLoutroLoutroLoutroLoutro

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • Après le grand calme de Frangokastello, nous remontons au nord vers Chania (La Canée). Prononcez Ragna avec un R très guttural. La vieille ville a toujours le même charme, même si au mois d'août il y a vraiment beaucoup de monde: Français, Russes, Allemands, Italiens...

    Autour du port les restaurants font la retape. On est loin de l'authenticité crétoise que l'on a apprécié ailleurs. Cependant ici ce n'est pas Agio Nikolaos avec ses boutiques de luxe et le côté très balnéaire. Dès qu'on s'éloigne de quelques rues, on retrouve les quartiers populaires.

    Nous descendons dans le même hôtel qu'il y a deux ans. J'ai réservé une chambre au dernier étage près de la terrasse que nous monopolisons de fait. Et donc nous montons en fait un escalier très raide. Et comme à chaque fois je trébuche sur la deuxième marche qui a un défaut.

    Chania

    Petite promenade en ville.

    ChaniaChaniaChaniaChania

    Le soir nous mangeons à la taverne Moutoupaki. Je ne parle pas souvent des restaurants. Globalement on mange très bien en Crète et pas que des souvlakis et pour pas très cher.

    L'accueil dans le restaurant est très sympathique. Je ne sais pas si c'est parce que j'essaie de me faire comprendre en grec ou parce que je lie la carte en grec, mais le chef de rang nous a offert dès notre deuxième visite l'apéritif et à notre troisième l'apéritif et le dessert en plus du dessert traditionnellement offert avec le raki. La cuisine est bonne. Une bonne adresse.

    ChaniaChaniaChaniaChania

    ******************************************************************Hébergement*****************************************************************

    Pension Theresa 8, Angelou street Old Venetian Harbour 73131 Chania Chania

    http://www.pensiontheresa.gr/

    Excellent accueil. Terrasse avec vue imprenable sur le vieux port. Demander une chambre au dernier étage. Cuisine collective. Eléments pour le petit déjeuner mis à disposition. Planning gratuit, public à 200 mètres. Calme malgré la situation.

    *****************************************************************Restaurant*******************************************************************

    Taverne Moutoupaki. Accueil très sympathique. Bonne cuisine. Cadre agréable.

    **********************************************************************************************************************************************

     

     

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • J"ai réussi à convaincre ma fille de faire la descente des gorges de Samaria. Sur le papier 16 kilomètres de descente. C'est une sortie que j'ai déjà faite quatre fois, il y a longtemps il est vrai.

    Sur les forums, il y a toujours beaucoup de questions sur cette randonnée réputée. Je vais donc essayer de donner des détails pratiques.

     Les gorges de Samaria sont dans le parc national du même nom où se situent les Montagnes Blanches (Lefka Ori) qui culminent à 2500 m. Samaria était un village dans un élargissement des gorges. A la création du parc en 1962, les habitants ont été expropriés. Le parc doit sa création à diverses espèces endémiques dont la Kri-kri.

    Nous avons fait la descente dans la journée au départ de Chania. Il faut partir du haut des gorges et descendre jusqu'à la mer. Autrement dit nous allons retraverser la Crète du nord au sud pour nous retrouver non loin de Fragokastello!!

    Départ en bus Ktel à 6h15. Début de la marche à 7h30. Durée de la descente 6 bonnes heures. Départ du bateau d'Agia Roumelli à 17h30. Correspondance en bus à Hora Sfakion à 18h30 (12€). Arrivée à Chania vers 20h. On peut acheter à Chania le billet de bus Hora Sfakion-Chania (18€). C'est plus simple que de l'acheter auprès des chauffeurs qui ne parlent pas forcément anglais.

    Il est impératif de partir tôt à cause du temps de descente et de la chaleur, même si dans les gorges cela reste raisonnable. Il est indispensable d'avoir des chaussures dignes de ce nom. Nous l'avons fait en baskets faute de chaussures de randonnée mieux appropriées et c'est limite. Le sentier est rarement tranquille. Au début des escaliers dont les pierres sont glissantes du fait des nombreux passages et après on est dans le lit du torrent (à sec) avec de nombreux galets.

    Il faut évidemment supporter la distance, ce qui n'est pas si évident quand la plage n'est pas le meilleur entrainement.

    Il vaut mieux emporter de l'eau mais sans se charger à l'extrême, car il y a de très nombreux point d'eau sur le parcours. Des toilettes à la turque régulièrement. Des extincteurs et stations anti-feu très fréquentes.

    Nous quittons l'hôtel à 5h30. Nous sommes à un quart d'heure de la gare routière. Chania a une vraie vie nocturne. Les bars et boîte de nuit sont pleins. Beaucoup de jeunes sur le port. Les employés nettoient les rues, les commerçants préparent leurs étalages de fruits et légumes, les restaurants se font livrer le poisson, les glaciers préparent leur marchandise. Il est 6h Chania s'éveille. Il fait déjà 25°C. La gare de bus est triste comme toutes les gare de bus. Des clubbeuses en talons compensées et robes longues fendues prennent le premier bus pour aller dormir, des employés attendent le transport qui les emmènera travailler. Les chiens dorment comme d'habitude.

    Samaria

    Et puis quelques sac-à-dos attendent le bus pour Samaria. Il y a 30 ans les bus grecs étaient folkloriques pour nous Français. Il fallait monter les sacs sur le toit en priant qu'ils soient là à l'arrivée. C'était l'émeute pour monter dedans, car pas toujours de place. Le chauffeur distribuait des sacs vomitifs. Et bien sûr pas de climatisation. Je me souviens que pour Samaria, ils y avait plusieurs bus plus petits qui faisaient vraiment la course dans la montagne sur une route étroite et sans parapet. Aujourd'hui les cars sont modernes, climatisés avec la vidéo. Les routes sont neuves et larges.

    A l'arrivée en haut des gorges, il est tôt. La température est presque fraiche. C'est très agréable.

    Maintenant l'entrée du parc est payant (5€). Le ticket est contrôlé à la sortie.

    Le début descend beaucoup sur 3-4 kilomètres.

    SamariaSamariaSamariaSamariaSamariaSamariaSamariaSamariaSamariaSamariaSamariaSamaria

    Nous arrivons au village abandonné de Samaria. Le village est inhabité, mais tout a été entretenu. On fait une halte. Deux Kri-kri attendent les touristes dans l'espoir d'avoir de la nourriture facile. Ces chèvres crétoises occupaient toute l'ile bien avant l'antiquité. Elles ressemblent au mouflon et sont aussi discrètes. Ce sont des chèvres domestiques redevenues sauvages 5000 ans avant JC. Le PN de Samaria les a sauvées de l'extinction et du croisement avec les chèvres domestiques qui finissent souvent en excellents ragoûts. Grâce à ces deux effrontées nous pouvons admirer ces animaux totalement invisibles autrement.

    SamariaSamariaSamariaSamaria

     

    Les gorges de Samaria commencent un peu plus loin.

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique