• A une cinquantaine de kilomètres de La Havane, dans le massif de la Sierra del Rosario se trouve Las Terrazas. Le Che est venu la pour s'entrainer avant de partir en Bolivie. Il s'agit du deuxième parc national que nous effleurons. Ma deuxième frustration. Il n'est pas prévu dans notre tour (et oui c'est un voyage organisé) de faire autre chose que d'effleurer.

    La végétation est toujours aussi luxuriante. Les orchidées et les diverses plantes épiphytes envahissent tout. Voire les cables éléctriques !!! On trouve ici hors les bananiers, les manguiers et les caféiers la fleur nationale de Cuba: la mariposa. Cette fleur d'origine asiatique, mais apportée par les esclaves d'Afrique est un des symbole de la résistance cubaine. En effet les femmes s'en faisaient des couronnes et y cachaient des messages au moment de la lutte contre l'Espagne.

    A Las Terrazas vit une communauté paysanne implantée en 1971 pour protéger la faune et la flore du parc et régénérer la forêt. Nous y avons fait une halte pour le repas toujours ccompagné de musiciens. Ceux-là forme le groupe de Polo Montanes qui a un article dans wikipédia.

    Las TerrazasLas TerrazasLas TerrazasLas TerrazasLas TerrazasLas Terrazas

    Arbre à pains

    Las Terrazas

    Mariposa

    Las Terrazas

    Las TerrazasLas Terrazas

    Las TerrazasLas Terrazas

    Las Terrazas

     

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • En revenant de la province de Pinal del Rio nous sommes repassés par La Havane. J'en parlerai plus tard. Et nous voila parti vers la Baie des Cochons. Cette baie, l'une des plus longues de Cuba se trouve sur la côte méridionale de la mer des Caraïbes. Son nom fait référence à une espèce de poissons appelés cochinos. Elle est encadrée par la Peninsule de Zapata (la savate, à cause de sa forme de chaussure) et deux très grande plage. C'est un pays de mangrove avec des crocodiles. Mais cette baie est surtout célèbre par le fait de guerre qui a secoué le monde en avril 1961.

    Voici l'article Wikipédia qui résume la situation

    "Après leur arrivée au pouvoir en 1959, les révolutionnaires castristes engagent une politique de révolution agraire, ce qui engendre un grand nombre d'expropriations des terres gouvernementales, c'est-à-dire que le gouvernement cubain récupère toutes les terres possédées par des propriétaires étrangers et dont les bénéfices ne vont pas au gouvernement de l'île. Ainsi, les terres sont nationalisées (deviennent la propriété de l'État cubain), les propriétaires étrangers sont renvoyés dans leur pays et les travailleurs des terres travaillent désormais pour le gouvernement et participent donc directement au profit de Cuba. La nationalisation enlève aussi aux grands propriétaires terriens cubains leurs latifundios et minifundios ; la main d'œuvre ne leur appartient plus et ils ne bénéficient plus ou très peu des richesses qu'ils tiraient de leur terres.

    Les révolutionnaires castristes tissent aussi des liens avec l'URSS, alors en pleine guerre froide avec les États-Unis, ce qui pousse ces derniers au blocus de l'île en 1960 ; tous les échanges commerciaux Cuba/États-Unis prennent fin, notamment les exportations importantes de sucre de canne que Cuba envoyait à l'acheteur nord-américain.

    En janvier 1961, le gouvernement américain de Dwight Eisenhower rompt ses relations diplomatiques avec Cuba.

    Le 15 avril 1961, des avions américains bombardent les aéroports et aérodromes du pays, détruisant une grande partie des avions au sol (civils et militaires). L'objectif initial de la CIA est de débarquer une force de 1 400 opposants cubains, qu'elle a recrutés et formés, afin qu'ils s'emparent d'une colline près de la Baie des Cochons."

    L'armée cubaine bien que très faible écrase en moins de 3 jours cette invasion. Les Etats-Unis sont humiliés. Les liens entre Cuba et l'URSS sont renforcés. Un an après on frôlera la guerre nucléaire avec l'affaire des missiles. L'humiliation est toujours là, car bien que Cuba ne représente plus aucun danger, l'embargo américain est toujours bien là.

    Bahía de CochinosBahía de Cochinos

    Bahía de Cochinos

    Nous passons par Australia. Quelque souvenirs...

    A Cuba les enfants en uniforme sont partout. La nation est très jeune. Les écoliers ont un haut blanc et un bas rouge. A chaque fois que l'on croise un groupe, ils nous appellent pour être photographié et posent joyeusement.

    Bahía de Cochinos

    Bahía de CochinosBahía de Cochinos

     

    Bahía de CochinosBahía de Cochinos

    Bahía de CochinosBahía de Cochinos

    Bahía de Cochinos Bahía de Cochinos

    Nous vistons un élevage de crocodiles. Très touristique, mais il s'agit quand même d'un vrai élevage utilisé pour la sauvegarde de l'espèce et le repeuplement, mais aussi pour les peaux et la viande.

    Bahía de CochinosBahía de CochinosBahía de Cochinos

    Nous prenons notre repas au bord de la mer des Caraïbes. Un peu le paradis.

    Bahía de CochinosBahía de Cochinos

    Bahía de CochinosBahía de Cochinos

    Bahía de CochinosBahía de CochinosBahía de Cochinos

    Après le bain dans cette mer chaude, nous reprenons la route vers Cienfuegos.

    Bahía de CochinosBahía de Cochinos

     

     

     

     

     

     

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • Toujours sur la mer des Caraïbes, Cienfuegos est une ville fondée par des français au 19ème siècle, bien longtemps après le passage de Christophe Colomb en 1494. Son centre ville est classé par l'Unesco. Nous visitons le théatre Thomas Terry dont les sièges et les fresques datent de 1890. Il est situé sur la place Jose Marti. Jose Marti est le héros cubain. Poète et révolutionnaire, il fonde le Parti Révolutionnaire Cubain contre l'occupation espagnole. Après sa mort l'Espagne est boutée hors Cuba, vite remplacée par les Etats-Unis. Le régime castriste se réclame de sa pensée. A Cuba, il y a partout des places, rues, aéroports José Marti. Peu d'effigies par rapport Enersto Guevarra, mais un poème immortalisé dans la chanson Guantanamera.

    CienfuegosCienfuegosCienfuegos

    CienfuegosCienfuegos

    CienfuegosCienfuegos

    Le drapeau de Cienfuegos. Cocorico

    CienfuegosCienfuegos

    CienfuegosCienfuegos

    CienfuegosCienfuegos

    Une rue presque "normale" avec quelques échoppes modernes.

    Cienfuegos

    Après les écoliers, les collégiens que l'on identifie par la couleur de leur uniforme. Déjà les jupes se sont raccourcies un peu et les garçons en en pantalon.

    Les lycéens sont quant à eux en  bleu. L'uniforme ne gène pas les jeunes filles pour être sexy en accommodant la rigueur supposée aux tendance de la mode.

    Cienfuegos

    Le soir nous dormons dans un hôtel sur la mer des Caraïbes. Et nous mangeons notre premier repas langouste toujours au son des chants cubains....

    Cienfuegos

    CienfuegosCienfuegos

     

     

     

     

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique