• Les années grises

    Après la guerre Berlin est un champ de ruines. Yalta puis Potsdam scellent la partition de l'Allemagne. Berlin en secteur d'occupation soviétique au centre de la RDA est divisés en quatre zones: soviétique à l'Est et la plus grande partie, américaine, britannique et française (De Gaulle n'était pas aux conférences, mais réussi a imposer certaines choses).

    Les années grises commencent pour les habitants de la zone soviétique. Le gris est lac couleur dominante: couleur des murs, couleur des voitures, couleur de la pensée habitants qui se trouvent dans une dictature. Au début tout se passe "simplement". Beaucoup d'habitants de Berlin Est passent à Berlin Ouest quotidiennement pour aller travailler. Mais rapidement certains ne reviennent pas. L'hémorragie vers l'ouest s'amplifie. Ce sont surtout les diplômés qui fuient. La RDA a besoin de reconstruire Berlin et ne peut tolérer perdre les cadres.

    D'un passage simple, on vient à un passage réglementé et contrôlé. Puis en aout 1961 la RDA construit un "mur de protection antifasciste".

    Les années grises

    Des lieux de passages sont établis

    La gare de Friedrichstrasse pour les civile.

    Les années grisess

    Checkpoint Charlie pour les "officiels" ou certains pont sur la Spree

    Les années grisesLes années grises

    Les années grisesLes années grisesLes années grises

    Derrière le mur la reconstruction se fait. Des barres d'immeubles sont montés avec des éléments préfabriqués

    Les années grisesLes années grisesLes années grises

    Mais il faut arriver à tenir la population. Le ministère de la Sécurité d'Etat s'en charge. C'est la police politique, petite sœur de son équivalent soviétique. On peut visiter le musée de la Stasi (à l'emplacement de l'immense ministère) et sa prison toute proche. La Stasi organise la mise sous tutelle d'un état entier avec un collaborateur pour 50 habitants! Son objectif tout savoir sur tout le monde. Avoir des points de pression sur chacun. A la Stasi on ne pratique pas la torture physique mais mentale.

    Les années grises

    Le camion de livraison qui permettait d'enlever toute personne soupçonnée. Très inconfortable, il tournait pendant des heures avant de déposer le prévenu à la prison afin de faire perdre les repères.

    Les années grisesLes années grises

    Le musée expose toute la panoplie du parfait petit espion. Le petit trou en bas de l'arrosoir permettait de faire des photos dans les cimetières.

    Les années grisesLes années grises

    Les années grisesLes années grises

    Le bureau du ministre. Revoyez "La vie des autres"...

    Les années grises

    Une salle d'interrogatoire dans la prison. Pression psychologique.

    Les années grisesLes années grises

     

    « Les années noiresWind of Change »
    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :