• La côte sud est la plus sèche, car c'est la côte sous le vent. A quelque kilomètres à l'ouest de Funchal se dressent les falaises parmi les plus hautes du monde: Cabo Girao. Un plancher transparent a été placé au sommet à 580 mètres d'altitude. C'est très impressionnant. Quand on voit le tennis près du bord de la falaise, on imagine le nombre de balles perdues. On y trouve aussi l'arbre caractéristique de Madère après le laurier: le mimosa.

    La côte sudLa côte sudLa côte sudLa côte sud

    La route a travers bananeraies et tunnels mène à Ribeira Brava. Le nom du village provient du ruisseau qui va à la mer, mais qui encore récemment gonfle régulièrement et entraine tout sur son passage. C'est une petite station balnéaire. Le bord de mer est peu accueillant avec ses gros galets noirs et le sable entre deux pierres est encore plu noir qu'à Malendure.

    La côte sudLa côte sudLa côte sudLa côte sudLa côte sudLa côte sudSur la route des plantations de bananes. Madère est l'un des principal fournisseur du Portugal en bananes. Cela rappelle la Guadeloupe. Cependant ici les bananes sont produites sur des terrasses et les plantations sont sur de petites parcelles pratiquement dans les jardins des maisons. Différence avec le climat tropical des Antilles, les bananiers produisent leur fleur au bout de 18 mois au lieu de 9.

    La côte sudLa côte sudLa côte sudLa côte sud

    Plus à l'ouest Calheta capitale de la canne à sucre. Depuis les croisades, la culture de la cane à sucre a été introduite à Madère. Le climat très tempéré, plutôt sec sous le vent convient bien à cette graminée. La proximité de Madère avec l'Europe a fait la fortune de l'île grâce au sucre (Funchal a d'ailleurs des pains de sucre dans ses armoiries). Sa proximité avec l'Afrique fournissait un main œuvre bon marche. Mais la mono culture a appauvri les sols. Le Brésil, autres terres portugaises, a supplanté Madère et récupéré ses esclaves et son commerce sucrier. Aujourd'hui la canne sert essentiellement à produire le rhum local. A Calheta subsiste l'un des derniers moulins à sucre.

    La côte sudLa côte sudLa côte sudLa côte sudLa côte sudLa côte sudLa côte sudLa côte sud

    Le bout de l'île est encore dominé par de très hautes falaises. Jardim do Mar est un très calme et  charmant village tout en pente. Là aussi point de plage mais des vagues énormes au pied des maisons.

    La côte sudLa côte sudLa côte sudLa côte sudLa côte sud

     

     

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • La côte nord de Madère est au vent. Les sommets du centre de l'île bloquant les nébulosités, c'est une côte beaucoup plus humide. Cette humidité persistante sur les sommets s'accumule sur la végétation à base de bruyère. Cela permet de récupérer l'eau dont l'île a besoin. C'est tellement important que maintenant les moutons sont interdits en montagne car ils détruisaient la flore avec pour effet un manque d'eau.

    La Côte Nord

    Donc une côte plutôt humide avec des à-pics impressionnants qui sont le résultat du combat de titans qu'ont mené les volcans. Je trouve ce côté de l'île particulièrement inquiétant, très tourmenté assez romantique. Mais aussi très écossais quand le temps est à la pluie.

     

    La Côte Nord

    A l'ouest se trouve  Porto Moniz. L'endroit est célèbre pour les piscines naturelles qui ont formées par des écoulements de laves. Attention les bords sont très glissants. J'en ai fait l'expérience qui ma couté un smartphone.

    La Côte NordLa Côte NordLa Côte NordLa Côte NordLa Côte NordLa Côte Nord

    En retournant vers l'est voici Sao Vicente.

    C'est un petit village tranquille enchâssée dans la montagne. C'est aussi un peu le Vulcania portugais. Au rythme des éruptions volcaniques la lave a utilisé des galeries souterraines formées dans les précédents lits. Une visite intéressante avec un musée pédagogique bien fait. Cela dit, les grottes sont beaucoup moins belles que les grottes calcaires habituelles.

    La Côte NordLa Côte NordLa Côte NordLa Côte Nord

    La Côte Nord

    La Côte NordLa Côte NordLa Côte Nord

    La Côte Nord

     

    La Côte NordLa Côte NordLa Côte NordLa Côte NordLa Côte NordLa Côte NordLa Côte Nord

    A Santana, point de guitares mais des maisons traditionnelles maderanes préservées et ripolinées pour le tourisme. Un petit marché sur la place propose encore des fruits dont il faut se méfier.

    La Côte NordLa Côte NordLa Côte NordLa Côte Nord

    La Côte NordLa Côte Nord

     

     

     

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • La dernière étape à Madère se situe à l'est de l'île, à deux pas de l'aéroport: Machico. Machico possède l'une des deux plages de Madère. Le sable y est clair, mais n'est pas autochtone. Il a été transporté là depuis le Maroc. Malgré cet effort couteux, on ne peut pas dire que Madère est une destination balnéaire.

    La pointe de Saint LaurentLa pointe de Saint LaurentLa pointe de Saint Laurent

    L'extrémité est de l'île présente un paysage très différent du reste de Madère. La pointe de Saint Laurent se caractérise par une très grande sécheresse. C'est un biotope particulier avec sur un petit territoire un maximum d'espèces endémiques non présentes en dehors de la presqu'ile.

    Facilement accessible, le chemin mène entre mer et ciel à travers les anciennes coulées de laves oxydées qui donne de superbes nuances de rouge. C'est aussi l'endroit où l'îles est la plus étroite puisque un passage fait moins de 10 mètres de large. On passe en haut de la falaise à plus de 100 mètres au dessus de l'océan.

     

     La pointe de Saint LaurentLa pointe de Saint LaurentLa pointe de Saint LaurentLa pointe de Saint LaurentLa pointe de Saint LaurentLa pointe de Saint LaurentLa pointe de Saint LaurentLa pointe de Saint LaurentLa pointe de Saint LaurentLa pointe de Saint LaurentLa pointe de Saint LaurentLa pointe de Saint LaurentLa pointe de Saint LaurentLa pointe de Saint LaurentLa pointe de Saint LaurentLa pointe de Saint LaurentLa pointe de Saint LaurentLa pointe de Saint LaurentLa pointe de Saint LaurentLa pointe de Saint LaurentLa pointe de Saint LaurentLa pointe de Saint LaurentLa pointe de Saint LaurentLa pointe de Saint Laurent

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique