• Otjiwarongo

    Otjiwarongo

    Nous avons quitté Windhoek par la route 1 qui n'est pas encore une autoroute mais qui est goudronnée balafrant la Namibie du nord au sud, de l'Angola à l'Afrique du Sud. Nous avons filé vers le nord à travers un morne paysage apercevant sur les talus des phacochères et autres antilopes. Nous voyons nos premières termitières au milieu des acacias.

     

     

    Okahandja (prononcer okahandya) sur la route est un point d'arrêt connu pour son marché de sculptures sur bois. Les touristes sont attendus et difficile de repartir sans avoir abandonné quelques dollars.

    OtjiwarongoOtjiwarongo

    OtjiwarongoOtjiwarongo

    Otjiwarongo

    Otjiwarongo (Prononcer Otyivarongo) est idéalement situé pour faire une étape avant d'atteindre Etosha car la route paraît longue. A quelques kilomètres de cette petite ville se trouve l'établissement du Cheetah Conservation Fund où sont accueillis des guépards.

    Ce n'est pas un zoo, mais un lieu de rétention de guépard avec pour objectif de les remettre rapidement dans leur milieu sauvage.

    On y voit donc ces gros chats dormir sous les arbres où courir autour de l'enclos. Les animaux exposés sont complétement imprégnés car, orphelins, élevés depuis leur plus jeune âge. Ils n'ont pas peur de l'homme et les relâcher, serait dangereux. Il servent de vitrine et permettent de sensibiliser les visiteurs pour recueillir des fonds.

    La partie où sont les fauves qui ne sont que de passage avant de retrouver la liberté, est inaccessible afin qu'il n'y ait pas de contacts avec les hommes.

    L'origine de la fondation est la protection et la conservation des guépards. Comme tous les grands prédateurs, les guépards ont perdu une grande partie de leur biotope. Ils font des prédations dans les fermes ce qui a causé une très rapide décroissance de leur population. Le guépard a été proche de l'extinction.

    Aujourd'hui grâce à l'action des défenseur le guépard se porte beaucoup mieux en Namibie.

    Lorsqu'un guépard est signalé près d'une ferme, il est extrait vers le centre qui le soigne et le prépare à retrouver la liberté dans une zone plus sauvage.

    Pour défendre les troupeaux, la fondation prête des chiens massifs, d'origine turque, aux fermiers. Les chiens sont élevés au centre. Ils n'ont pas de contact avec les guépards. Par contre, ils côtoient des chèvres afin de faire ami-ami avec et d'acquérir l'instinct de protection.

    OtjiwarongoOtjiwarongoOtjiwarongo

    « Calao de Monteiro (Monteiro's Hornbill)Etosha »
    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :