• Vallée de la Dordogne

     

    En quittant Rocamadour, nous avons suivi la vallée de la Dordogne pour rejoindre Carennac. Nous avions choisi ce village pour diner et nous espérions bien ne pas recommencer l'expérience de la veille où seul un MacDo nous avez accueilli. Nous étions donc bien décidé à nous présenter au restaurant à 19h30 (on mange tôt en province).

    Nous avons pris une très jolie route qui passe par "les plus beaux villages de France". C'est la spécialité, à juste titre de la région.

    Nous avons d'abord traversé Autoire, niché au fond de la vallée. Les maisons sont médiévales, les toits recouverts de tuiles.

    Vallée de la Dordogne

     

    Quelques kilomètres plus loin, cette fois en haut de la falaise, Loubressac. Ce village, a servi de cadre à un vieux film de Lautner: Quelques messieurs trop tranquilles.

    Vallée de la DordogneVallée de la Dordogne

    Vallée de la DordogneVallée de la Dordogne

    Le Château de Castelnaud qui domine la vallée de la Dordogne. Nous n'aurons malheureusement pas le temps d'y aller.

    Vallée de la Dordogne

    Vallée de la Dordogne

    Le troisième village où nous passons est Carennac. Là aussi l'unité architecturale médiévale est remarquable. Beaucoup de maisons du 15ème siècle.

    Vallée de la DordogneVallée de la Dordogne

     Le tympan de l'église Saint Pierre, une oeuvre superbe du XIIème siècle.

    Vallée de la Dordogne

     

    Vallée de la DordogneVallée de la DordogneVallée de la Dordogne

    Un village vraiment à voir où nous avons pu nous restaurer. En arrivant à 19h30, cela a malgré failli être difficile. Mais finalement,le garçon nous a laissé nous assoir. Repas excellent avec en accompagnement un gratin dauphinois au foie gras....

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • Rocamadour

     

    Non loin de Padirac, un au lieu touristique: Rocamadour. Accrochée à une falaise, des maisons moyenâgeuses. Certaines sont intégrées à la paroi. Beaucoup de visiteurs pour voir ce très joli site. Mais peu d'étrangers, en tout cas beaucoup moins qu'au Mont-Saint-Michel. En effet, si on ne peut comparer les deux sites du fait même de leur situation, une fois dans la rue "principale" de Rocamadour, on retrouve les boutiques pour touristes dans de très belles vieilles maisons. Une foule analogue et les créperies sont remplacées par des marchands de glaces. Car il y fait chaud au mois d'août.

    Rocamadour est construit autour d'un sanctuaire. Une vierge noire du XIIème siècle est dans la chapelle Notre-Dame. Elle réalise de nombreuses guérisons dont celle de Jacques Cartier alors au Québec. Plus généralement elle sauve les marins. Roland aurait gagné le lancer d'épée en envoyant la sienne depuis Roncevaux se planter dans la falaise. A l'époque on n'appelait pas cela encore le buzz, mais les pèlerins affluèrent et permirent à cette petite citée, perdue sur le bord du causse de prospérer longtemps. Aujourd'hui, les touristes sont les pélerins modernes et vont où c'est très beau.

     

    RocamadourRocamadour

    RocamadourRocamadour

     

    RocamadourRocamadour

    RocamadourRocamadour

    Rocamadour

    RocamadourRocamadourRocamadourRocamadour

     

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • Au fond du trou

     

    Nous nous sommes enfoncés dans le causse. Le Quercy est composé de plateaux calcaire anciens bassins de sédimentation. L'érosion a fait des trous un peu partout et la région est une sorte de gruyère géologique. On a déjà visité des grottes où nous ont précédé nos très lointains grand-pères. Mais là, nous nous sommes enfoncés dans le causse, physiquement à -75 mètres. Dans le gouffre de Padirac.

    Le gouffre est un gros trou de 35 mètres de diamètre du à l'effondrement du  plafond d'une immense grotte.

     

    Des gouffres et des rocsDes gouffres et des rocs

    Pour arriver à descendre, il faut d'abord faire une queue très longue. Et cela dure ...pour nous 1h30 en se pointant à l'ouverture!! Sachez qu'il est possible d'éliminer la queue en réservant sur internet. Mais il y a tellement peu de places, qu'il faut s'y prendre vraiment à l'avance. Après s'être enfoncé encore un peu plus sous terre, on rejoint un embarcadère pour continuer la randonnée sur un bateau. On atteint ainsi des salles monumentales. Ici pas de gravures humaines, mais le travail de l'eau calcaire et du temps. De grandes stalactites (60m au moins), des draperies et des concrétions en forme d'assiettes offrent un spectacle grandiose. Par contre pas de petites concrétions, de dentelles, de finesse que du gigantesque. Quelques photos floues car prise à la sauvette.

    Des gouffres et des rocsDes gouffres et des rocsDes gouffres et des rocsDes gouffres et des rocsDes gouffres et des rocs

    C'était la deuxième fois que j'ai été dans ce temple du tourisme. J'ai bien aimé, malgré la queue et bien que les guides ne servent pas à grand chose. Peu d'effort sur le didactique. Mais c'est une affaire qui roule.

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique