• TIticaca

    TIticaca

    Il y très longtemps une mer se trouvait à la place de l'altiplano. De cette mer, il ne reste que du sel et des lacs. Le plus grand d'entre-eux est le lac Titicaca à 3810 mètre d'altitude. Titicaca a perdu son sel depuis longtemps, contrairement aux lacs boliviens plus au sud.

     

    Plus grand lac d'Amérique du Sud, le lac Titicaca est coupé en deux par la frontière avec la Bolivie. Il est considéré comme le plus haut lac navigable du monde car un "steamboat" a un temps assuré des navettes entre Bolivie et Pérou. Aujourd'hui il n'y a plus de service régulier. Sur le lac on trouve des bateaux de touristes et des canots utilisés par les indiens. Cette vaste zone plate frontalière permet aussi le passage de produits moins légaux. Pour les Incas le lac représentait l'origine du monde. Mais d'autres civilisations occupaient déjà les rives de ce lac poissonneux. Elles durent se réfugier sur le lac en fabricant des villages flottants sur les roseaux ici abondant, craignant l'arrivée des Incas. Ces derniers furent à l'heure tour chassés par les Espagnols...

    Depuis es indiens Uros, vivent toujours sur le lac. Ils font des radeaux de roseau sur lesquels ils posent des maisons en roseau. Tout cela a une durée de vie limitée à quelques mois, à peine deux ans. Il faut alors tout recommencer. La marche sur ces tapis de roseaux n'est pas aisée: on s'enfonce et c'est très humides. Les indiens qui vivent là sont encore plus pauvres que ceux que nous avions vu précédemment. Dans leur hutte en roseau, il n'y a évidemment rien du confort que nous connaissons hormis de petits panneaux solaires permettant de recharger les smartphones (comme en Afrique). Ces populations sont très dépendantes des touristes qui leur achètent quelques broderies. Leurs ressources sont celles de la pêche et de la chasse. L'Etat apporte la santé et l'éducation depuis Puno, la seule ville péruvienne sur le lac.

    D'autres communautés, vivent sur les îles et presqu'îles plus loin sur le lac. Ceux-là sont au sec. Ils vivent en coopérative et cultivent les "papas", les pomme de terre.

    Les chapeaux sont pour les femmes le moyen de montrer leur communauté. Ici en altitude, à Puno sur le Titicaca le chapeau melon est largement porté. Alors qu'il y a beaucoup de sorte de coiffures, le chapeau melon est pour nous un peu comme notre béret basque une caricature de la femme péruvienne. L'origine de ce couvre-chef remonte à la construction de la ligne de chemin de fer. Les anglais ont donné leur chapeau aux ouvriers. Ceux-ci les ont apporté à la maison, mais les ont dédaignés. Leurs femmes y on trouvé un véritable attrait. Voilà pourquoi le chapeau melon est porté.

    Le Titicaca est à 3812 mètres (hauteur de l'aiguille du Midi à Chamonix). Pour tous les touristes qui passent en quelques jours de 0 à cette altitude, c'est la période la plus difficile à passer. Le corps ne se sent pas très bien et l'absence prolongée d'oxygène complique les choses. Tous les établissements et moyens de transports (bus, bateau...) ont des bouteille d'oxygène. Dans les hall d'hôtels les médecins sont régulièrement appelés pour aider les personnes qui perdent connaissance.

     TIticacaTIticacaTIticacaTIticaca

    TIticacaTIticacaTIticaca

    TIticacaTIticacaTIticacaTIticacaTIticacaTIticaca

    TIticacaTIticacaTIticacaTIticacaTIticaca

    TIticacaTIticacaTIticacaTIticacaTIticacaTIticacaTIticacaTIticaca

    « AltiplanoCuzco »
    Partager via GmailGoogle Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :